Comment faisait-on avant l’invention du réveil matin?

Le réveil matin tel qu’on le connaît aujourd’hui est une invention récente. Il semble pourtant que sans lui, arriver à l’heure au bureau semble être impossible. Avant cet objet de torture, comment faisait-on pour se réveiller le matin ? Il est quasiment impossible, malgré une horloge biologique bien réglée, de réussir tous les jours à se tirer du lit sans problèmes, sans qu’il n’y ait un déclencheur. Voici donc, à tire d’information, un petit retour en arrière pour connaître les astuces pratiquées pour se réveiller à l’heure avant que la montre réveil ne soit inventée.


La légende

La légende

La légende

Il semblerait, selon la légende, que c’est Platon qui est à l’origine du premier réveil. Il a su imaginer une sorte d’horloge hydraulique faisant sonner les flutes toutes les heures afin d’éviter qu’il ne s’endorme lorsqu’il lui fallait veiller la nuit pour travailler. Le philosophe grec y avait déjà pensé 400 années avant cette ère où nous vivons actuellement. Il le décrit bien dans ses écrits, cependant, il fût le seul de son époque à en avoir profité car cette invention, il ne l’a partagé avec personne d’autre que lui.

Le coq

Le coq

Le coq

Outre Platon, comment faisait-on alors ? Le reste de la population, depuis toujours, utilisait le chant du coq comme réveil matin. Partout dans le monde, cet animal a toujours été considéré et utilisé comme tel. Certaines civilisations fêtent même le coq comme étant le symbole du passage de l’obscurité à la lumière. Dès l’antiquité grecque, une légende a été associée à l’animal réveil : Lorsque Aphrodite et Arès s’enfermaient dans leur chambre, c’est Alectryon qui était chargé de faire le guet afin de prévenir les amants de l’arrivée d’Hélios, le dieu soleil, mari d’Aphrodite. Un jour, le guetteur s’assoupit ; c’est alors qu’Hélios découvrit les amants, furieux et criant à l’adultère. Arès, pris de colère, punit Alectryon en le transformant en coq et en le condamnant à devoir annoncer l’arrivée du jour tous les matins, le restant de sa vie. Depuis, le coq se charge de réveiller tout le monde chaque matin grâce à son chant. Mais c’est surtout dans les campagnes où il y a des coqs que ce système marche. Les autres animaux pouvaient aussi faire l’affaire : réveillés par la lumière du jour, ils émettent des cris annonçant à leur maître et au reste de la population qu’il est temps de se lever.

Le guetteur

Le guetteur

Le guetteur

Comment s’y prenait-on dans les villes et les cités où la présence d’animaux réveils est quasi inexistante ? C’est un guetteur qui s’en chargeait. Comment ? Dès le 5ème siècle, il était en charge d’annoncer les heures des prières au clairon ou à la cloche. A l’époque, la vie tournait autour de la religion et tout se régissait en fonction de cela et non de l’heure. Ce n’est qu’à partir du 10ème siècle que cela commença peu à peu à changer. Le guetteur mélangeait petit à petit le temps laïc et  le temps sacré pour annoncer les grands moments de la journée, en commençant par celui du réveil et de la prière du matin, puis de l’ouverture des portes de la ville, des jours de marché, de l’extinction des feux du soir, etc. Ainsi, tous les 4 kilomètres, des petits clochers ou des tours se tenaient pour qu’on y sonne les cloches. Ces dernières résonnaient aux alentours et la journée de chacun en était rythmée. A l’époque, les villes étaient calmes et sans bruits, ni de moteurs, ni de téléviseur, ni de téléphones et autres technologies ; l’on n’avait aucun mal à entendre la sonnerie des cloches. Mais la question se pose : comment les guetteurs faisaient-ils pour se réveiller avant tout le monde afin de pouvoir à leur tour réveiller les autres ? Comme les hommes se relayaient pour veiller sur la ville la nuit, ils n’avaient pas de mal à se réveiller le matin puisqu’ils se référaient aux tours de garde. Mais plus tard, dès que l’horlogerie mécanique fut inventée, ce sont les guetteurs qui en a été doté en premier lieu. Ce fut vers la fin du 13ème siècle. Ils pouvaient enfin dormir paisiblement et être réveillé avant les autre dès que l’horloge annonçait l’heure.


La bougie graduée

La bougie graduée

La bougie graduée

A l’époque, l’horloge réveil était un vrai objet de luxe et rares étaient les personnes à en être doté. Seules les gens de la haute société pouvaient y accéder. C’est alors qu’un moyen beaucoup moins couteux a été inventé au 18ème siècle : la bougie gradué. Il s’agit d’un système consistant à graduer une bougie pour indiquer le temps qu’elle met à se consumer. Un clou était planté à l’endroit où elle indique les heures souhaitées pour se faire réveiller. Dès que le niveau de la bougie atteignait le clou, il tombait pour faire sonner une petite cloche en tirant sur une chainette. C’est ce type de réveil que la plupart utilisaient à cette époque même si la bougie était tout de même un objet onéreux en ce temps.

Le réveil personnel

Le réveil personnel

Le réveil personnel

Ce n’est qu’à partir de 1880 que le réveil personnel a commencé à se propager. La fabrication en masse de ce qu’on appelait réveil de cuisine en était à l’origine. Il s’agit d’une horloge  dotée de deux cloches et d’une poignée que l’on utilisait en cuisine le jour et comme réveil sur la table de chevet la nuit jusqu’au matin. Les plus pauvres n’y avaient toujours pas accès. Au cours des années 20, les habitants de l’Irlande et du Royaume-Uni utilisaient les toc-tocs des knocker-upper pour se tirer du lit le matin. Il s’agissait de veilleurs qu’ils payaient pour les réveiller à l’heure voulue. Ils pouvaient frapper aux fenêtres à l’aide d’une canne ou tirer à la sarbacane. Quant aux ouvriers des cités, ils se referaient aux sonneries d’une alarme collective. Cela a durée longtemps, jusqu’en 1940. En 1950, il n’était plus question de se réveiller, quel qu’en soit le prix, mais de se réveiller en douceur. On inventa les premiers réveil-cafetière et réveil-gramophone. La montre-réveil a évolué au fur et à mesure mais l’homme recherche encore aujourd’hui le moyen de se réveiller sans devoir passer par cette souffrance atroce de devoir se lever du lit. Il existe actuellement de larges variétés de réveils : celui à la lumière, avec la radio, avec un bouton snooze, le réveil olfactif, etc. à choisir selon ses besoins et ses envies.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire